Actu

Agenda

Le Blog

 
Indépendance

Indépendance

Le groupe du Lido est hétéroclite (de 20 à 30 ans, certains sont artistes professionnels, d’autres amateurs, d’autres en formation). Le groupe palestinien présente également des profils forts différents, à commencer par l’âge, puisque les plus jeunes ont une douzaine d’années.

JPEG - 89 ko


Il y a beaucoup d’adolescents et peu de jeunes de plus de vingt ans. Ils ne viennent pas tous de Ramallah, certains sont de Jénine, d’autres de Hebron ou d’ailleurs en Palestine. Ils n’ont pas non plus les mêmes attentes en terme de cirque : il y a ceux qui veulent devenir professionnels et d’autres qui voient ça comme un loisir même si tous ceux qui sont à l’école d’été prennent leur pratique très au sérieux.
La différence d’âge entre les deux groupes explique en partie que le niveau technique entre Palestiniens et lidotiens soit aussi inégal. En effet, sauf exception, les Palestiniens sont, comme le dit Nayef, "fachés avec la technique". Cela ne les empêche pas forcément d’avoir un bon niveau, mais souvent, ça passe un peu en force. les artistes toulousains ont donc vite saisi qu’il leur faudrait commencer par enseigner les techniques de leurs disciplines, en revenant sur les fondamentaux. Dans un premier temps certains ont pu être un peu déçus de ce qu’ils croyaient être un obstacle aux échanges. Mais il n’a pas fallu longtemps pour que tout le monde se rende compte que l’échange est partout, tout le temps, dans la pédagogie, l’expérience, la vie quotidienne... Nous donnons beaucoup, c’est incontestable, et nos cernes peuvent en témoigner. Mais nos sourires attestent d’autres chose : nous recevons tout autant, et nous apprenons beaucoup.

JPEG - 81 ko


Nous essayons de transmettre, outre cet aspect technique, notre démarche de travail basée sur l’autonomie et l’indépendance. Les élèves doivent être capables de se corriger eux mêmes, de se fixer des objectifs et de se motiver seuls pour les atteindre. Oui, c’est à cette indépendance là que le titre de l’article faisait référence, vous vous en doutiez hein...
Pour finir pour aujourd’hui, l’histoire d’un des élèves de cette école parmi les plus motivés, celui qui arrive en premier et repart en dernier, toujours souriant, demandeur et prêt à nous aider pour quoi que ce soit.
Elle est représentative, je pense, de ce que nous vivons ici. C’est dur, c’est beau, c’est très fort.

JPEG - 110.7 ko


Enfant, il a jeté des pierres sur un véhicule israélien. C’est inutile et désespéré, mais beaucoup de gosses font ça. Il a été repéré. C’était un gosse, les soldats ont juste noté son identité.
Quand il a eu 16 ans, une dizaine de soldats israéliens a pénétré dans sa maison pour l’arrêter sans ménagement. Pendant 12 jours, plus personne n’a eu de ses nouvelles. Puis il a eu le droit d’appeler sa mère pendant 2 minutes, et de lui expliquer ou il était et pourquoi. Il devait rendre des comptes sur ce geste qu’il avait commis enfant. Il a écopé d’une forte amende. Mais il a craint le pire : ceux qui l’ont interrogé en prison l’avaient menacé de lui interdire de faire du cirque.
Dans sa cellule, il avait gardé une pomme chaque jour, au lieu de la manger, pour jongler avec, puis, une fois qu’elles lui furent confisquées, il avait construit trois balles avec une serviette découpée. Confisquée également, il n’avait pas le droit de faire du cirque. Nous sommes là pour ça.

JPEG - 71.8 ko


Les commentaires


Ecrire un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message :


Suivre les commentaires de cet article : RSS 2.0 | Atom